LES PASSEURS DE MÉMOIRE DU PAYS DE DURAS: L’ORANGERIE PAR RENÉ BLANC

Lieu-dit l’Orangerie

 

Les restes d’un haute muraille contre laquelle sont accolées les maisons de la famille Sigala et Gonthier autrefois. A l’époque cette muraille offrait la hauteur des actuelles. Le sol a terre transportée supportait les orangers en caisses roulantes.

Contre le talus de la place, s’élevaient les serres vitrées protégeant les orangers l’hiver, soutenues par des piliers venus de Saint Macaire  supportant à leur tour des bâtiments bâtis au bord de l’apic, comme une chapelle dédiée à Sainte Madeleine.

 

A la Révolution tout fut mis à bas. En 1823, l’on refit l’église actuelle. Pour hausser le sol, fut transportée la terre supportant les orangers l’été, en créant un vide derrières les maisons actuelles. Le piliers des serres furent amenés à l’église pour soutenir la charpente, que l’on peu encore voir. Les talus de place supportant l’orangerie détruite, servirent de déversoirs des bourriers de la ville.

René Blanc