LES PASSEURS DE MÉMOIRE DU PAYS DE DURAS: LE BRACONNIER VU DANS « LE PETIT TRACASSIER » du 29/04/1978

Le Braconnier (Rubrique Sports Divers du Petit Tracassier 29 avril 1978.)

C’est arrivé, hier dans la matinée, quand 9h sonnaient. 

Nous avons failli perdre un ami, hier jeudi.

Notre imprudent pouvait laisser une veuve et une enfant. 

J’ai pleuré à cette pensée. 

Sans parler des frais qu’on aurait supportés

Pour l’accompagner sous les grands cyprès,

Privés d’abbé pour économiser nos deniers.

Je suis atterré, songez que ce pauvret pouvait nous quitter,

Sans cet hurluberlu que serions nous devenus ?

Dire qu’il a failli boire de l’eau sans penser aux années de sécheresse ! 

Malgré notre émotion, parlons de l’immersion.

Dans le Dropt, il y a 6 mètres d’eau,

C’est là, près de Pompérat qu’il plaça ses « Vimanats »

Notre margoulin y revint le lendemain matin, 

Il rêvait qu’il allait trouver des brochets dans ses filets.

Il jubilait, il riait, il allait bien épater Ballet, Dédé, De Ré et le Surgé.

Ces quatre rigolos, incapables de prendre une fario dans un verre d’eau. 

Plus près du bord, il s’approche encore,

A une branche d’ormeau il s’accroche aussitôt.

Puis il s’est penché pour attraper l’engin caché. 

Et là, «  fissat » le drame se passa.

Ses pieds glissaient et tout entier, dans l’eau il disparaissait, 

Alourdi par ses bottes d’eau remplies.

De plus notre flambard, ne nage pas comme un canard. 

Adieu, fraises, tabac, courgettes et rutabagas, 

Adieu rugby, et surprise-party 

Adieu bistrot, Vittel et Pernod 

Adieu Marlène, toi qui te remarieras sans peine

Adieu les amis, puisque me voilà parti ! 

Adieu le pognon, gagné à la sueur de mon front ! 

     MAIS

L’esprit de conservation fit la décision.  

Il s’est agrippé à une souche d’aubier, qui dans l’eau penchait.

D’un seul mouvement, il fait un vif rétablissement.

Il est trempé de la tête aux pieds, mais sauvé.

Dans sa 2 CV i les précipite aussitôt, en haletant, il démarre vivement.

Et devant sa moitié, il se présente les yeux baissés.

A la cantonade ce fut une grosse rigolade.

Le pauvre chou, sous la douche se fout. 

Et le CloClo, en ressort peu fiérot.

 Vous avez ce qu’il y avait dans le filet ? 

Une anguille grosse… comme une aiguille… (à tricoter)  

Conclusion : Braconnier, ce n’est pas ton métier, un curé tu aurais mieux fait. 

Signé : Mr Dubord de la Larivière