LES PASSEURS DE MÉMOIRE DU PAYS DE DURAS: JACQUES TESTET DU MUSÉE DES VIEUX OUTILS À SOUMENSAC PRÉSENTE UN ARROSOIR À OUILLER LES FÛTS DE VIN.

L’ouillette, ouillotte ou ouilloir : l’arrosoir abandonné

L’ouillette, ouillotte ou ouilloir, est un outil similaire à un arrosoir . Elle est utilisée pour ouiller les fûts, c’est-à-dire compléter leur niveau, jusqu’à la bonde pour compenser  « la part des anges ». La part des anges, quel joli mot pour expliquer ce qu’est cette partie du volume d’un alcool qui s’évapore ou qui imbibe le bois, pendant son vieillissement en fût.

Autrefois en cuivre, ce matériaux est aujourd’hui abandonné car il présente un risque important d’oxydation du vin qu’il contient, et/ou de provoquer une casse cuivreuse. Les ouillettes actuelles sont faites d’inox.

D’une contenance de 5 à 20 litres, usuellement de 10 litres, elle est composée d’un long tube permettant d’atteindre le trou de bonde, recourbé à l’extrémité pour verser verticalement et éviter les éclaboussures en dehors du fût.

Elle est tenue par l’anse dans une main, et par l’extrémité du bec verseur avec l’autre main. De cette manière, il est possible de boucher l’extrémité avec un doigt, afin de réguler le débit, et d’éviter les gouttes de vin entre chaque fût à ouiller.

L’ouillette présentée par Jacques Testé a une particularité : il y a 2 bougies sur le tube de l’arrosoir car à l’époque de son utilisation, il n’y avait pas d’électricité dans les chais.

Dany Blanc