LES PASSEURS DE MÉMOIRE DU PAYS DE DURAS: L’ÉCOLE DES FILLES

L’école des filles 

L’école de Duras fut construite, comme toutes les écoles des communes, de 1902 à 1907. En 1880, Jules Ferry fait voter une loi sur la laïcité de l’enseignement qui doit devenir gratuit et obligatoire.  La séparation de l’Eglise et de l’Etat devient effective en 1905. 

 Auparavant, l’école dite laïque se tenait dans la grande salle de la mairie (aujourd’hui amoindrie d’un tiers).  

A Duras, le premier instituteur laïque fut Jean Morin. Il créa la clique «  Le Réveil Duraquois ». Les enfants de Duras avaient le privilège d’aller manger chez eux, mais les fils de paysans, faisaient suivre leur repas. Ils mangeaient sous le préau, été comme hiver. Vers 1930, une municipalité innova en offrant aux élèves de la campagne, un complément de repas chaud. Les premiers rudiments de cantine étaient nés. Sous un réduit propret placé sous un petit hangar , se trouvait une chaudière en fonte, posée sur un bâti en briques dans laquelle cuisaient tantôt des haricots, des lentilles, des gesses ou des pommes de terre coupées en gros morceaux. La première cuisinière s’appelait Mme Rouget. 

En 1935, une cantine fut créée. Les enfants portaient leur repas (jambon, saucisson, liquide rosé de trois doigts de vin et d’eau) et la municipalité offraient les soupes chaudes. La municipalité de Mr Bousquet avait acheté pour les écoles un appareil de projection cinématographique.  Les films étaient projetés salle de la mairie.  Le certificat d’études était l’évènement primordial de l’année. Les fournitures scolaires étaient gratuites avant la guerre. Cette gratuité disparut après la guerre. 

Les enfants du village se retrouvaient pour jouer, au carrefour des routes de Ste Foy/Landerrouat. Ils voyaient parfois, Monsieur Bagilet, dit «  Bagiole », facteur et croque-mort de son état, qui faisait tourner le cheval attaché par le licol, afin de le calmer pour tirer le corbillard. Après la sépulture, il rejoignait son étable dans un local communal à côté de chez Mr Pastureau.

La seconde moitié du 20ème siècle va voir se transformer les institutions scolaires créées bellement au début du siècle. Agrandissement du bâtiment scolaire de Duras en 1967. Une petite cantine avait été créée à l’intérieur du bâtiment : Mesdames Arnaud, Chiericato, Mimi Lafaye, Angèle Gennebach entre autres y ont travaillé. Puis une cantine style Algéco a fait office de restaurant au nord du bâtiment de l’école et servait aussi les enfants du collège  crée en 1961/62. Il servit ensuite pour les lotos. Puis il fut démoli pour faire place à un petit square verdoyant. 

René et Dany Blanc