LES PASSEURS DE MÉMOIRE DU PAYS DE DURAS: LE FACTEUR LOFFICIAL PAR RENÉ BLANC

Le facteur Lofficial

Ceci est un fait réel.

Un jour, chez Lofficial qui était facteur à vélo, se présentèrent des Messieurs avec leur supérieur en tête, un autre monsieur Inspecteur des tabacs,  avec un mirifique par-dessus, chapeau mou dernier cri, souliers vernis rutilants, mais fluet de sa personne, comme le sont souvent les « fils à papa » 

Ces messieurs veulent monter dans le grenier afin d’y faire une inspection. Mais notre Lofficial tente de les dissuader disant qu’ils ne trouveraient même pas la moindre feuille, ni poussière de tabac.

Le facteur malin avertit les hommes qu’ils risquaient d’avoir une surprise choquante dans ce grenier. Quel était ce mystère ?  Cela ne manqua pas ! Arrivé en haut de l’escalier, juste devant ses yeux, Monsieur l’ Inspecteur des tabacs, vit un imposant cercueil de chêne brun verni, reposant sur deux bouts de chevrons. Il tangua, vira sur lui-même, pris d’un sérieux malaise.  Il fut soutenu aussitôt par ses seconds stupéfaits. On l’allongea sur une sorte de divan en faisant jouer de l’air sur son visage.

« Ce n’est rien, ce n’est rien un léger trouble qui va disparaître bientôt ! J’en ai  l’habitude, c’est arrivé à combien d’autres, » s’écriait Lofficial. 

Pendant que Monsieur l’ Inspecteur reprenait ses esprits, notre homme, de faire à nouveau gravir l’escalier à ses deux subordonnés et de leur déclarer devant la funèbre boîte : 

« Messieurs, je suis un prévoyant de l’avenir, du présent et du futur »

Et d’ouvrir le cercueil devant nos deux hommes aux yeux exorbités : à l’intérieur des bouteilles du vin des Côtes de Duras ! Voilà des gens bien couillonnés ! 

« Offrez vos bras, Messieurs », et notre homme tirant du cercueil des bouteilles  les unes après les autres les logea contre la poitrine de nos subordonnés. 

« A présent, nous allons tâter ces liqueurs, enjolivées mûries et corsées dans cette originale futaille en bois de chêne. C’est dans ce contenant que ce fait le meilleur vin du pays ! » 

Ah !  Les bons tâteurs que ce fut là !!!…. Je passe par respect des agents de l’administration. Et pour le retour, devinez qui conduisit la voiture ? Et bien Monsieur l’Inspecteur tout bonnement, grâce à son fragile estomac.

René Blanc