RENCONTRE PHOTOGRAPHIQUE …..AVEC LA FERME DU CLUZEAU 27/02/2020

La traite robotisée à l’Earl du Cluzeau à Baleyssagues

La ferme de Cluzeau où est installé depuis 1994 Didier Delfaure pratique l’élevage de 65 vaches laitières de race Prim’Holstein en production. L’Earl du Cluzeau effectuait la traite manuellement, un travail colossal.  Didier Delfaure, éleveur novateur, a voulu aller de l’avant en investissant dans un robot de traite. Remplacer l’humain par une machine n’est pas évident, bien que la contrainte physique soit moindre. Si le robot remplace la main de l’homme, Didier Delfaure et son fils Mathieu restent d’abord éleveurs car l’important est d’être toujours à l’écoute des animaux. L’Earl du Cluzeau franchit le pas en  2017 , aidé en cela par le fils Mathieu, titulaire d’un BTS « gestion et stratégie en exploitation agricole » salarié sur l’exploitation. Dans cette stabulation où vivent les vaches avec en prime de la musique, l’informatique gère tout, aussi bien l’alimentation des animaux que les différents sas qui mènent à la salle de traite robotisée.  Sur son écran d’ordinateur, l’éleveur suit  la vie de l’animal depuis sa naissance, jusqu’à l’insémination, au vêlage et la production de lait, en passant par la généalogie de chaque vache. Chaque vache a eu nom « CluzMarion, CluzNévada, CluziIvane, CluzOrnela,… » . Il y a aussi les « chouchous » qui demandent des caresses à leurs maîtres. Propreté oblige, les vaches ont à leur disposition un rouleau automatique pour se nettoyer le pelage, un rouleau  dont elles se délectent avec beaucoup de bonheur. Le robot Bob  assemble directement le foin devant les mangeoires des animaux, un gain de temps pour les propriétaires de l’Earl du Cluzeau. Cet élevage respire la santé et lorsque celle-ci est altérée, les animaux sont soignés, entre autres à l’homéopathie, une alternative que soutient Didier Delfaure. L’une derrière l’autre, chaque vache attend sans aucun stress son tour de traite. Une porte métallique s’ouvre, le capteur lit le numéro inscrit sur le collier de la vache. L’animal est ainsi autorisé à entrer dans la salle de traite. Là, un robot équipé d’un bras articulé se dirige seul vers le pie de la vache et  quatre gobelets trayeurs s’emboîtent dans chaque mamelle d’abord pour nettoyer et sécher les trayons. Ensuite la traite débute, cette opération durant environ 6 minutes, l’éleveur suivant sur l’écran de contrôle du robot la qualité et la qualité de lait extrait. La traite terminée, la vache sort et une autre se présente à l’entrée du sas, et ainsi de jour comme de nuit et 24 h sur 24 h. Tout incident qui surviendrait est automatiquement relayée sur le téléphone portable de Mathieu qui est en même temps le mécanicien du robot. Féru d’informatique, Mathieu diffuse sous le pseudo « agri&math47 » ou « mathieudelfaure » des vidéos de cette traite robotisée. 

GUY.BRUNETAUD